Umami, la saveur magique

Kumbo pour recette Umami

Nos placards regorgent de produits umami, mais bien souvent nous l’ignorons. Maîtriser la cinquième saveur peut donner un vrai coup de peps à votre cuisine. Ces quelques infos devraient vous être utiles pour jouer davantage avec vos papilles.

Umami : japonais mais pas que.

Si la saveur umami prend des allures de food fashion, c’est surtout dû à la frénésie de costumiser nos assiettes dans le but de vendre un nouveau concept ou de nouveaux produits.
Mais l’umami est bel bien millénaire puisque les romains l’utilisaient déjà en concoctant le fameux garum: sauce pour le moins odorante d’anchois fermentés et gavée d’umami.
Puis le japon s’est emparé de l’histoire il y a environ un siècle, avec le besoin d’analyser cette fameuse saveur, découverte dans le kombu dashi, bouillon ancestral japonais, à base de bonite et d’algue kumbo. C’est effectivement un chimiste japonais, Kikunae Ikeda qui s’est intéressé en premier lieu à l’analyse du umami, en la décrivant finalement comme la saveur universelle

Une affaire de synapse.

Injustement mis en compétition avec les 4 saveurs de bases : le sucré, le salé, l’amer et l’acide; l’umami se situe davantage à l’intersection des 4 sapidités bien maîtrisées par nos chères papilles.

Les tomates c'est umami

Ressentir et décoder l’umami, demande plus que de l’attention, presque de la concentration. L’isoler est pratiquement impossible. Il relève le goût originel celui du lait maternel chargé en glutamate et tellement rassurant. C’est le goût du plaisir par excellence, celui qui laisse une sensation durable et épanouissante en arrondissant et harmonisant toutes les autres saveurs. C’est lui qui nous fait saliver.

Le responsable de cette extase ? Le glutamate. L’acide aminé reconnu comme un des neurotransmetteurs les plus actifs de notre cerveau. On pourrait penser que l’umami s’assimile au sens du goût, mais il agit bien au-delà des papilles. Il met en synergie les aliments en agissant directement sur nos neurones pour nous envoyer directement au 7ème plat…. Le message du « encore » chatouille notre gourmandise jusqu’à la rupture, et hop « j’en reprendrais bien un peu ».
 

Si le salé, le sucré, l’amer, et l’acide sont liés à notre système de survie, celle du umami est le résultat de l’évolution de l’homme et de sa nourriture. Notre cher Cro-Magnon n’a pas eu ce plaisir, la viande crue de mammouth n’était sûrement pas « umamisée ».
Mais avec l’évolution des modes de cuisson, de salaison, de fermentation, les goûts se sont développés pour arriver à la divine cinquième saveur, celle de l’extase.

Le umami est partout.

Puisqu’il s’agit bien de synergie entre aliments, Il suffit qu’un plat soit cuisiné pour que l’umami fasse sa magique apparition. Les bouillons sont les recettes umami par excellence, bouillis, et parfumés à souhait, légumes, poissons ou viandes, os etc .. gorgés de minéraux et de saveurs, c’est la base de toutes cuisines du monde. Petit retour sur la recette du bouillon du soir, la recette basique umami .
 

Les aliments fermentés, comme la choucroute, les viandes séchées, certains fromages comme le parmesan qui à lui seul explose les compteurs du glutamate, le tofu bien sûr, les algues, nos amis les tomates sont également les miss monde du umami dés quels sont séchées ou cuisinées. Rien n’échappe au umami, dès lors que l’aliment subit une transformation gustative. Mais il faut bien avouer que c’est au japon que l’umami est culturel et consciemment dégusté.

“Au Japon, l’umami est aussi basique que le sucré ou le salé. Nous n’en parlons pas. Il est là sans vraiment l’être.”

- Kenta numabukuro, maître sushi au Nagomi

Il est temps de rattraper le temps perdu et de remonter dans sur le podium du umami en faisant la promotion de notre bonne french food version umami.

Soyons un peu chauvin, c’est bien Panoramix qui a concocté la potion magique, celle qui a fait la gloire du peuple gaulois. Son secret enfin en ligne. Un bel exemple du french umami.

Nos livres de cuisine regorgent de cette saveur magique. Alors, vive le bœuf en daube, l’aïoli, la pissaladière, l’anchoïade, les paupiettes de mamie, le pot au feu, la soupe de poisson… La liste est infinie.

Plat en sauce, le french umami

L'astuce pour assurer l’umami : Goûter votre cuisine lorsque vous la préparez et l'assaisonnez, fermez les yeux appréciez le circuit qu'effectue le glutamate dans votre cerveau, si vous restez scotché(e), c'est prêt !

Les + de PAPILLESHOT

 

Envie de tester ?

Essayez la recette de la PÂTE UMAMI FAIT MAISON.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu